BRAGEAC

 

Petite paroisse du canton de Pleaux; elle doit son origine à Saint-Til (Tillo), Solitaire, vivant au VIIe siècle, abbé de Solignac en Limousin, où il revint mourir en 702, après avoir été à Brageac le père de 300 religieux. On y voit encore un porte-Dieu destiné à mettre la custode pour le saint viatique, connu sous le nom de bourse de Saint-Til.

 

Situé au-dessus des Gorges de l’Auze, l’église romane Saint-Thibaud du XIIème siècle abrite notamment les reliques des frères jumeaux saint Côme et saint Damien, patrons des médecins.

Les chapiteaux et les bases sont largement sculptés (120 sculptures).

Il subsiste, tout près, une forte bâtisse et une grosse tour, vestiges du monastère bénédictin des filles nobles de Brageac.